Un mot sur le protocole HTTP

Le protocole HTTP (HyperText Transfer Protocol) permet d’identifier le résultat d’une requête entre un utilisateur ou un crawler et un serveur. Un code de réponse sera ainsi envoyé lorsqu’un internaute accède à une URL. Chaque code envoyé par le serveur correspond à une situation bien précise : page non trouvée, déplacée, inexistante,…

Il est donc important de bien comprendre ces codes et de s’assurer qu’ils soient bien utilisés.

La classification des codes HTTP

Ces codes sont divisés en cinq catégories : Information (1xx), Succès (2xx), Redirection (3xx), Erreur sur la page (4xx), Erreur sur le serveur (5xx). Nous vous indiquons ci-dessous les principaux codes utilisés.

100-199 : Indique une information provisoire

  • 100 : « Continue », en attente de la suite de la requête.
  • 101 :« Switching Protocols », Le serveur a accepté le changement de protocole.

200-299 : Requête traitée avec succès

  • 200 : « OK », la page web a bien été chargée. C’est le code retourné le plus souvent.
  • 201 : « Created », la requête traitée avec succès et un nouveau document a été créé (nouvelle Url).
  • 202 : « Accepted », la requête a été achevée, mais sans garantie de résultat.
  • 203 : « Non- Authorized Information », l’information a bien été retournée, mais les données transmises proviennent d’une source non certifiée.
  • 204 : « No Content », la requête a été traitée avec succès, mais le serveur n’a pas d’information à envoyer.
  • 205 : « Reset Content », la requête est terminée, mais le contenu des champs d’un formulaire est vide.
  • 206 : « Partial Content », la requête a été traitée, mais reste incomplète.

300-399 : Liés aux redirections

  • 301 : « Moved Permanently », indique une redirection permanente. La ressource est disponible sur une nouvelle adresse. Ce code est très utilisé lors de refonte d’un site, une migration vers un site https ou encore pour résoudre des problèmes de contenus dupliqués.
  • 302 : « Moved Temporarily », la ressource a été déplacée de façon temporaire.
  • 303 : « See Other », la redirection s’est effectuée, mais la réponse à la requête affiche un nouvel accès.
  • 304 : « Not modified », la ressource n’a pas eu de modification depuis la dernière requête.
  • 305 : « Use Proxy », la requête doit passer par un proxy.
  • 310 : « Too many Redirects », trop de redirections impactent la requête.

400-499 : Problème dans la requête

  • 400 : « Bad Request », indique une erreur liée à la syntaxe.
  • 401 : « Unauthorized », la requête demande une autorisation d’accès à l’utilisateur.
  • 403 : « Forbidden », la requête est acceptée, mais l’accès au serveur est refusé.
  • 404 : « Not Found », la page n’existe pas. Il s’agit de l’erreur la plus courante.
  • 405 : « Method Not Allowed », la méthode de requête n’est pas autorisée.
  • 408 : « Request Time-out », le temps d’attente a été dépassé.
  • 410 : « Gone », la ressource demandée n’existe plus et le serveur n’a pas d’adresse de redirection.

500-599 : Problème sur le serveur, la requête n’a pas pu être traité

  • 500 : « Internal Server Error », le serveur a rencontré un problème et n’as pas pu exécuter la requête.
  • 501 : « Not Implemented », le serveur ne supporte pas la fonctionnalité demandée.
  • 502 : « Bad Gateway », le serveur agissant en tant qu’intermédiaire a reçu une mauvaise réponse d’un autre serveur.
  • 503 : « Service Unavailable », le service est indisponible à cause d’une maintenance ou d’une surcharge.
  • 504 : « Gateway Time-Out », le temps de réponse du serveur est trop long.

Il est important de vérifier l’état des pages web d’un site pour pouvoir réagir rapidement si nécessaire. Alors n’ayez plus peur de l’erreur 404 et apprenez à bien maîtriser ces codes pour pouvoir les exploiter efficacement dans votre référencement.

Nous reprenons dans l’infographie ci-dessous, les codes les plus fréquents que vous pourriez rencontrer.

Les_principaux_codes_HTTP__4_.png